Chronique des semi-immortels de Dominique Capo





Chronique des semi-immortels est un recueil de deux nouvelles, sur le thème de l’occulte. Nathanÿel décide, au terme de sa vie, de coucher sur papier ses mémoires. Son premier souvenir date de 1823, lors de son réveil au Manoir des Ombres.

Venez découvrir ce membre de la famille Montferrand, adepte de l’Art.

Un mot sur l’auteur

Lorsque j’habitais Laval, j’ai croisé celui qui allait devenir l’auteur de la Chronique des semi-immortels.

Je dis bien croisé, car même si nous fréquentions le même club et la même boutique de jeux de rôle, nous n’étions pas proches pour autant.

Mais comprendre qui est Dominique Capo aidera à comprendre la critique çi-dessous. De ce que j’ai retenu du personnage suite à ma rencontre avec lui et suite à ses posts sur les réseaux sociaux, Dominique Capo est une personne très cultivée, qui lorsqu’il fait quelque chose, va jusqu’au bout de son idée.

Rien que sa campagne pour Vampire, l’Age des ténèbres, un gros pavé de plus de 300 pages, tapé à la machine à écrire, en est la preuve.

Il y a chez Dominique, je pense, un désir de faire ses preuves et d’avoir une certaine reconnaissance.

Trop et trop peu

Parlons du livre donc. Chronique des semi-immortels se lit facilement et rapidement. J’ai pour ma part préféré la seconde partie du livre, plus axée sur l’intrigue et ancré dans l’action.

Par contre, j’ai eu l’impression d’un trop à certains moments.

Si vous voulez des idées de livres à lire, vous en trouverez toute une liste au cours des nombreuses pages du recueil.

Le personnage principal y énumère ses nombreuses lectures, et je soupçonne l’auteur de la Chronique des semi-immortels d’avoir mis en avant ses propres lectures.

Idem pour le côté ésotérique de l’histoire, où les thèmes de prédilection sont cités comme une accumulation de connaissances, qui semblent émaner de l’auteur plus que du personnage central.

À l’inverse, certains thèmes auraient mérité d’être développés, et l’utilisation, à plusieurs reprises de la phrase « je n’ai pas le droit, j’y reviendrais peut-être plus tard » a un côté frustrant.

Tout plein de bonnes idées

Mais tout ce trop a au moins un avantage pour nous autres rôlistes : c’est d’être une forte source d’inspiration pour une partie de jeu de rôle. Des jeux comme Nephilim, Vampire, Cthulhu et autres consorts flirtant avec l’ésotérisme trouveront avec la Chronique des semi-immortels des PNJ’s, des ouvrages impies et une foule d’intrigues à tiroir.

Au final, Chronique des semi-immortels reste un livre introductif, mais l’on ne sait pas à quoi. Il n’en ressort pas d’intrigue principale. Et c’est là ce qui rend ce livre si particulier. J’aurai aimé (et je m’attendais à) y voir une histoire avec au moins un début et un développement.

Pourtant, de multiples idées sont bonnes et il y a de nombreuses pistes à explorer, trop peut-être.

Chronique des semi-immortels est disponible chez 5 Sens Editions, au prix de 18 euros.