Des livres pleins de secrets





Entre 1650 et la fin du 19ᵉ siècle, une mode consistait à peindre la tranche des livres.

Les fresques ainsi réalisées pouvaient être immédiatement visible, ou bien nécessitaient de manipuler le livre d’une certaine façon pour voir l’image.

Des livres qui ont donc des secrets à livrer.

Un peu de technique

Il y avait trois possibilités pour peindre la tranche des livres :

 

  • directement sur la tranche
  • légèrement en décaler sur les pages du livre dans le sens de la lecture
  • légèrement en décaler sur les pages du livre dans le sens inverse de la lecture

 

Ces deux dernières façons de faire permettaient que la peinture ne soit pas visible immédiatement, mais uniquement lorsque le livre était manipulé.

La bibliothèque de Boston possède la plus grande collection de ce type de livres.

 

 

La cache parfaite

En fonction du sens de lecture et de la manipulation d’un livre, il y est donc possible de cacher un dessin, une peinture, ou un message.

Et si vous utilisiez cette technique pour cacher un message lors d’une séance de jeu de rôle. Vos personnages n’auraient pas forcément l’idée de trouver le message caché de cette façon.

Et pourquoi ne pas créer une organisation secrète qui communiquerait par ce biais, faisant abstraction de l’informatique et d’internet.

Ou encore une secte médiévale de copistes qui gérerait ces affaires par ce biais.

À vous de faire jouer votre imagination.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *