Cyberpunk: tous concernés





Je fais souvent écho sur ce blog du lien qui existe entre nos sociétés et les sociétés cyberpunk.

Et pour cause, l’actualité montre que le cyberpunk est déjà, par certains cotés, arrivé.

Vous avez entendu parler de l’attaque mondiale du 12 mai concernant le ransomware WannaCry. Mais savez vous qu’une autre attaque a eu lieu, une semaine après, en utilisant les mêmes failles de sécurités.

Il est vrai que la presse n’en a pas fait écho, tout simplement parce que cette attaque était difficilement repérable, et qu’elle n’a pas causé de dommage.

Allez, bienvenue au pays des merveilles.

WannaCry et autres sources d’infections

Mon propos n’est pas ici de vous décrire ce qu’est WannaCry : il est tellement célèbre qu’il possède sa propre page wikipédia.

Ce qui est frappant avec Wannacry, c’est la faille de sécurité utilisée : une faille de sécurité découverte par la NSA. Quand on sait que cette dernière s’est faite voler des protocoles de sécurités informatiques, qui sait ce qui nous attend dans les prochains mois.

Le web est comme un corps vivant. Chaque ordinateur et chaque datacenter sont autant de cellules, et chaque fibre optique et ligne analogique autant de veines.

Ainsi, très vite, une entité malade peut contaminer les autres très rapidement.

D’où la nécessité de pouvoir bloquer les contagions du type WannaCry.

Monero

Monero est une cryptomonnaie, qui fonctionne sur le même principe que le bitcoin.

Une attaque massive a eu lieu une semaine après l’attaque de WannaCry, utilisant la même entrée pour infecter les ordinateurs.

Mais ici, point de demande de rançon. Non, les pirates informatiques ont utilisé la puissance de calcul des ordinateurs infectés pour créer de la monnaie Monero.

Si le but était identique à l’attaque de WannaCry, s’enrichir, la méthode était différente.

La vulnérabilité de nos ordinateurs, et de nos comportements, sont une source d’entrée pour tous les pirates informatiques.

Je ne saurai vous donner qu’un conseil : protégez-vous.

Une petite inspiration

Et si la prochaine attaque visait encore plus haut ? Et si les deux attaques subit par le web à une semaine d’intervalle était le test pour une opération encore plus grande.

Certes, les failles de sécurité ont été refermées, mais il en existe d’autres.

Et si ces attaques n’étaient pas le fruit de pirates informatiques, mais d’une IA ?

Celle-ci pourrait tout simplement vouloir s’implanter dans le réseau mondial, et avoir des calculateurs à sa mesure.

Il faudrait certainement un groupe de PJ chevronnés pour lutter contre elle, et peut-être d’autres IA leur viendrait en aide, empêchant leur sœur de prendre le contrôle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *