Le domaine parisien Nosfératu





Paris regorge de mystères. Après ses faux immeubles, l’influence du clan sethite sur son Prince, voici venir le Paris souterrain. Domaine des mystérieux nosfératus, le Paris souterrain réserve bien des surprises.

En route vers ces lieux mystérieux, des plus connus aux plus surprenants.

Les égouts de Paris

Les vampires du clan Nosfératus sont les maîtres des égouts de Paris. Ils peuvent se rendre à n’importe quel endroit de Paris, en toute discrétion.

Et pour cause. Le réseau de Paris est un des plus anciens et un des meilleurs au monde. Il s’étend sur 2500 km, et chaque allée souterraine dispose d’une plaque de rue et de numéro qui correspond à l’adresse situé au-dessus. Impossible de se perdre donc.

Ne l’oubliez pas si vous vous aventurez en ce domaine, vous trouverez vite une sortie avant qu’ils ne vous trouvent.

 

 

Les catacombes

Paris est construit sous d’anciennes carrières, dont les souterrains s’étendent sur plusieurs centaines de kilomètres. Si une toute petite partie de ces catacombes sont ouvertes au public, la vaste majorité forme les catacombes de l’ombre. De nombreuses salles, d’étroits tunnels et des rencontres inoubliables vous y attendent.

Attention toutefois à ne pas y aller seul, il y est facile de s’y perdre.

C’est la mésaventure qui est arrivé à Philibert Aspairt. Il s’y est perdu en 1793, son corps a été retrouvé en 1804. Une tombe est dorénavant érigée sur les lieux, au niveau de la rue de l’Abbé de l’Epée.

Prenez donc un kit de survie.

Les Capucins

Située dans le 14ème arrondissement de Paris, à 18 mètres sous l’hôpital Cochin, se trouve une carrière devenue fontaine.

La fontaine des Capucins est classée monument historique. Elle sert à contrôler la hauteur de la nappe phréatique. Certains baptêmes y étaient autrefois célébrés.

Attention à la descente, car les 119 marches sont humides.

Non loin de là se trouve un puits d’inspection, de 14,26 m de profondeur. Un endroit idéal pour retenir une personne prisonnière.

Le métro

Le Métropolitan déplace les Parisiens et les visiteurs d’un endroit à un autre de la capitale. Outre un énorme réseau souterrain, le métro ne démarque aussi par ses stations fantômes.

Au nombre de 18, il s’agit de stations qui ne servent plus pour différentes raisons. Celle de la Gare du Nord USFRT est devenue un centre de formation pour les conducteurs des rames de métro, celle de la Porte des Lilas est utilisée pour les pubs ou par le cinéma.

Et les autres ? Autant d’abris potentiels ou de lieux de rassemblement pour les créatures de la nuit.

 

crédits: Pierre-Henry Muller

 

L’abri anti-bombardement

Sous la gare de l’Est se trouve en abri contre les bombardements : 3 portes blindées rendent totalement hermétique les 120 M2 de béton armé.

Construit en 1939, son but était de permettre la continuité de la gestion de la circulation des trains.

Cet abri sera terminé en 1941, sous occupation nazie.

Un vampire important en a fait son refuge, car l’endroit est interdit de visite au public.

La crypte archéologique

Sous le parvis de Notre-Dame, une crypte a été aménagée entre 1965 et 1972. Il y est possible de voir des vestiges datant de l’Antiquité jusqu’au XIXème siècle.

Vous avez une vue sur les trésors de l’île de la Cité. Qui sait ce que renferme encore la crypte ?

Les réservoirs

Les sous-sols de Paris cachent les trois grands réservoirs d’eau potable qui alimentent la ville : celui de Ménilmontant, celui des Lilas et le réservoir de Montsouris.

Ce dernier, construit au 19e siècle, est le plus impressionnant : 60000 m2 sur deux étages, avec une capacité de stockage de 200 000 m3 d’eau.

L’eau est le nerf de la guerre, contrôler ces réservoirs, c’est contrôler Paris.

 

 

Le fantôme de l’Opéra

Il est maintenant officiel que le fantôme est un membre de la Camarilla. Mais parler du fantôme, c’est parler du lac situé sous l’Opéra Garnier.

Cette étendue d’eau est un réservoir construit en même temps que l’Opéra, afin de permettre un accès rapide à l’eau en cas d’incendie. Elle sert aussi à recueillir les infiltrations d’eau et maintenir les fondations de l’Opéra Garnier au sec.

Le canal Saint-Martin

Le canal possède une voûte souterraine de 2 km, cachée sous la Bastille. De quoi naviguer en toute impunité … ou encore pour transporter de la contrebande.

Le Paris souterrain offre bien des possibilités au clan Nosfératu. Certes, fréquenter des membres de ce clan en pleine réception Toréador n’est pas ce qui ce fait de mieux en terme d’étiquette. Cependant, garder toujours un œil sur les membres de ce clan. Ils peuvent vous offrir des services que même un Ventrue ne saurait envisager.

De toute manière, si vous ne garderz pas un œil sur eux, soyez certains qu’eux ne s’en privent pas.

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *