Planète Caravane, un supplément pour Lore et Legacy


Le navigateur qui respecte votre vie privée et vous rémunère

Alors que la campagne Ulule pour ce supplément Lore et Legacy bat son plein, c’est le moment idéal pour revenir le jeu de rôle lui-même.

Et qui mieux que son auteur pour nous faire faire le tour du propriétaire ?

Merci à lui.

Bonjour Julien, pouvez-vous vous présenter ?

Je m’appelle Julien Pirou. Né sur la troisième planète du système Proxima Centauri—ah non, ça il ne faut pas le dire ! Né à Dieppe en 1985, donc. Rôliste, joueur, lecteur, designer et auteur 😊

Quel est votre parcours ?

Mon vrai métier de la vraie vie, c’est designer (orienté narration) et scénariste dans le jeu vidéo. J’ai notamment travaillé pour Ubisoft pendant un certain temps, sur les jeux de la série Might & Magic, et en tant que Creative Partner sur The Settlers, Anno 1800, Watch_Dogs Legion, For Honor… Et quelques autres projets malheureusement annulés ou totalement remaniés.

Mais j’ai aussi eu l’occasion de participer à toutes sortes d’aventures parallèles : la presse papier avec Dragon Rouge et IG Magazine, la télévision avec Nolife, et même plus récemment l’écriture d’un livre consacré à l’histoire du JdR, La Grande Aventure du Jeu de Rôle, à paraître le 28 octobre aux éditions Ynnis.

Comme j’aime les journées chargées, je tiens aussi plusieurs sites internet, comme Fondation Draco dédié à mes jeux de rôle favoris (Shadowrun et Earthdawn), ou Triple 9 consacré à une autre de mes passions : l’œuvre du mangaka Leiji Matsumoto, créateur d’Albator ou Galaxy Express 999. J’ai d’ailleurs eu l’occasion de signer la préface des éditions françaises de certains de ses mangas.

 

Lore et Legacy, c’est quoi ?

Lore & Legacy est un jeu de rôle de science-fantasy se déroulant sur un monde nommé Empyréa, une planète étrange balayée par le champ éthérique, une sorte de rayonnement permettant de pratiquer la « magie », c’est-à-dire de transformer la réalité par la seule force de son esprit.

Empyréa a accueilli au fil des siècles plusieurs peuples –les anciens astarites désormais quasi-éteints, les ælfyns, les orcs, les dakti, les agamides et enfin les humains. Ces peuples ont oublié des pans entiers de leur passé, et les technologies de jadis sont désormais perçues comme des reliques « arcaniques ».

Les différentes races cohabitent tant que bien que mal et ont fini par fonder une organisation commune dédié à la protection des populations et à l’exploration d’Empyréa, appelée Guilde des Francs-Lanciers. Ces Francs-Lanciers ne sont autre que les joueurs, des aventuriers « assermentés » qui chercheront à percer les mystères de la planète et du passé de leurs peuples. D’où le nom Lore & Legacy – légendes et héritage.

 

Comment avez-vous créé cet univers ?

C’est un univers qui a été nourri depuis très longtemps par les bandes-dessinées, et en particulier ce que j’appelle (sans doute de façon un peu réductrice) « l’école Métal Hurlant ». Les BD de Mœbius, de Caza, les exploits de Valerian et Laureline de Christin et Mézières, ou encore les Gardiens du Maser de Frezatto…

Mais le déclencheur a été Might & Magic. Je suis fan de cette série de jeux vidéo depuis l’enfance, et un de mes épisodes favoris est World of Xeen (combinaison de M&M4 et M&M5, pour les connaisseurs). À l’époque c’était très clairement un univers de science-fantasy : les décors, les monstres, l’ambiance tendait plus vers Jack Vance que vers Tolkien. Par la suite, l’aspect « science » a été réduit, et quand Ubisoft a racheté l’IP au début des années 2000, il a été décidé d’en faire un monde de high fantasy.

Quand j’ai rejoint Ubisoft pour travailler sur Might & Magic, j’avais envie de remettre un peu de science dans cette fantasy, mais ce n’était plus du tout en accord avec l’IP. Le directeur créatif de la série me laissait glisser quelques clins d’œil et easter eggs, une manière de tirer notre chapeau à nos prédécesseurs, mais ça ne pouvait pas aller plus loin pour ne pas contredire ouvertement le canon.

Lore & Legacy, c’est finalement tout ce que j’aurais aimé faire avec Might & Magic si j’avais eu les coudées franches 😊

 

Quel est le système de jeu ?

Lore & Legacy utilise un système maison que j’appelle le Moteur 3d. Le nom est un clin d’œil au monde du jeu vidéo, mais c’est aussi un bon descriptif : le jeu utilise effectivement 3 types de dés (d6, d8 et d10), qui peuvent remplir trois types de rôles (dé de base, dé de fortune et dé d’adversité) et selon les situations, le joueur peut être amené à lancer jusqu’à 3 dés simultanément.

Je présente le système plus en détail sur le site du jeu. Du coup je me permets de reprendre quelques passages de cet article :

Les d6 sont utilisés lorsque les personnages veulent effectuer une action pour laquelle ils ne possèdent pas de Capacité spécifique.
Les d8 servent notamment à calculer les dégâts infligés par les armes, attaques et autres sortilèges.
Les d10 sont utilisés lorsque les personnages des joueurs ou du MJ veulent effectuer une action en utilisant une Capacité.

Lorsqu’un personnage veut entreprendre une action, son joueur va effectuer un Jet d’Action en lançant son dé de base. Il va d’abord vérifier s’il possède une Capacité applicable à cette action. Si c’est le cas, il lance alors un d10 au résultat duquel il ajoutera la Valeur de la Capacité en question. Si le personnage n’a pas de Capacité applicable, il lancera un d6 et ajoutera la Valeur de l’Attribut associé à la Capacité.

L’utilisation des dés de fortune et dés d’adversité est au cœur du système de jeu de Lore & Legacy. Leur emploi est déterminé soit par les Traits ou l’équipement du personnage, soit par le Meneur de Jeu selon la situation ou en conséquence du résultat d’une précédente action. Le résultat d’un dé de fortune viendra s’ajouter au résultat du dé de base, tandis que le résultat d’un dé d’adversité viendra se soustraire au résultat du dé de base.

Lore & Legacy n’a pas de classes de personnages : le joueur créé son alter-ego en choisissant des Traits qui représentent son éducation, sa personnalité ou ses lubies, et des Capacités, c’est-à-dire les domaines dans lesquels il a reçu un entraînement plus poussé. Mais la « Règle d’Or » de Lore & Legacy c’est que toute action peut être entreprise, qu’on possède ou non la Capacité. Ce sera juste un peu plus difficile.

 

 

Se lancer dans l’édition de son jdr, c’est une expérience enrichissante ?

J’ai énormément appris. Pour moi il était essentiel de publier le Livre de Base de Lore & Legacy par mes propres moyens, c’est-à-dire entièrement autofinancé, avant de lancer quoi que ce soit en financement participatif. J’avais une vague idée des coûts de production d’un tel ouvrage, mais il me fallait une expérience concrète et chiffrable.

J’ai par exemple pris conscience que 90% du budget (dans la mesure où je réalise moi-même l’ensemble de l’écriture et de la maquette) était consacré aux illustrations. C’est l’une des raisons pour lesquelles j’ai décidé de me lancer sur Ulule pour financer le premier gros supplément du jeu, Planète Caravane, un ouvrage bi-classé Atlas / Campagne. Il serait difficile pour un particulier d’avancer une telle somme à chaque publication. L’autoédition a de nombreux avantages, mais aussi quelques inconvénients…

 

Si vous étiez un personnage de Lore & Legacy, comment serait votre fiche de perso ?

Je serai probablement un dakti, avec un fort Caractère et un bon Discernement… mais un peu faiblard côté Vigueur et Robustesse. Côté Traits : Rat de Bibliothèque, Lunaire et Phobie des guêpes (ma hantise : je hais ces bestioles).

Et pour les Capacités : Écriture, Rigueur, Design, Esprit de Synthèse et Imagination… Pas forcément très utile pour un Franc-Lancier :p

 

D’où vient le nom Lore & Legacy ?

J’ai expliqué un peu plus haut à quoi correspond le nom par rapport à l’univers du jeu, le fond en quelque sorte. Pour la forme, c’est à la fois une manière d’assumer que le jeu se trouve dans un certain héritage de Might & Magic, mais aussi de cette tradition du jeu de rôle de choisir des noms allitératifs, depuis Dungeons & Dragons.

 

 Quels projets à venir ?

Le gros projet à venir, si toutefois il atteint son objectif de financement sur Ulule, c’est déjà l’Atlas, qui devrait me tenir occupé jusqu’à sa sortie, estimée à l’automne 2021.

En parallèle, je publie chaque mois un « mini-supplément » en prix libre, l’écho Éthérique. Chaque numéro fait 12 pages, et est l’occasion de proposer de nouveaux objets, créatures, aventures… En début d’année, je pense réunir les numéros de l’année écoulée en un seul supplément de type « Almanach ».

En dehors de Lore & Legacy, comme évoqué en début d’interview, il y a aussi la sortie de La Grande Aventure du Jeu de Rôle fin octobre. Un projet qui m’aura demandé presque deux ans de travail, mine de rien…

 

Un secret sur l’univers à partager ?

Ce serait spoiler :p Planète Caravane contiendra un certain nombre de révélations quant aux mystères suggérés dans le Livre de Base…

Ah si, je peux au moins dire qu’avant la fin de l’année, un écho Éthérique proposera une toute nouvelle race jouable…

Merci Julien pour avoir pris le temps de répondre à ces quelques questions. Et bonne PP.

 

titre

Soutenez le blog et passer un excellent moment avec Hack le jeu de rôle https://wp.me/a7lynV-15n